Partenaires

CNRS
Logo tutelle

UMR 8538
Ecole Normale Supérieure
24 Rue Lhomond
75231 Paris CEDEX 5
Tél +33 (0) 1 44 32 22 11
Fax +33 (0) 1 44 32 22 00



Rechercher

Sur ce site


Accueil du site > Actualités > Symposium en l’honneur de Claude Froidevaux - 11 Juin 2016

Symposium en l’honneur de Claude Froidevaux - 11 Juin 2016

Le département des Géosciences de l’ENS organise une journée en l’honneur de la mémoire de Claude Froidevaux (le 11 Juin 2016)

Ancien directeur du département des Géosciences de l’ENS (à l’époque le département TAO), Claude Froidevaux est mort le 11 août 2015 à Paris.

Claude Froidevaux fut pionnier de l’apport de la physique aux Sciences de la Terre et en particulier à la tectonique et la géodynamique, ainsi qu’un leader reconnu de nombre d’associations internationales.

Né en Suisse en 1930, Claude Froidevaux avait des intérêts éclectiques et des compétences variées : après une licence en histoire moderne de l’Université de Lausanne (Suisse), il a bifurqué vers la physique et a obtenu un Doctorat en physique des basses températures de l’Université d’Oxford (Royaume-Uni). En 1964, après un postdoc à l’Université de Californie à Berkeley (USA), il a rejoint l’Université d’Orsay, en France, où il a développé un groupe de recherche fructueux sur la résonance magnétique nucléaire.

Sollicité par Jacques Friedel et Claude Allègre, il a été attiré vers les sciences de la Terre au début des années 70. Il a rapidement développé une nouvelle approche dans la compréhension de processus mécaniques et thermiques dans la lithosphère et la croute, en collaboration avec Gerald Schubert et d’autres scientifiques de l’Université de Californie à Los Angeles, où il a passé une année sabbatique.

À l’époque où la tectonique des plaques était concept tout récent, Claude était parmi les premiers à utiliser la physique pour expliquer les déformations de la Terre aux échelles tant microscopique que macroscopique. En liant la thermodynamique, la rhéologie, la physique des solides et la dynamique, il a développé des modèles mécaniques de la lithosphère et la croute supérieure, qui ont eu (et ont toujours) une grande influence sur les fondements de la géodynamique moderne.

Claude Froidevaux a toujours su attirer de jeunes scientifiques vers ses disciplines, qui ont à leur tour grandement profité de sa vision physique des sciences de La terre. A partir de son retour à Orsay, il a, avec George Jobert à Paris VI et Kurt Lambeck à Paris VII, contribué au développement du DEA (les M2 d’ajourd’hui) qui a formé des générations de chercheurs. À Orsay il a su créer des conditions de travail très fructueuses pour son équipe et le ’ groupe Froidevaux’ a toujours été une sorte de grande famille scientifique.

En 1986, Xavier Le Pichon a proposé à Claude Froidevaux et son équipe de rejoindre l’Ecole normale Supérieure (ENS) à Paris, où se montait un nouveau laboratoire associé au CNRS (le laboratoire de Géologie de l’ENS) adossé à un nouveau département (le département Terre-Atmosphère-Océan) dont il est devenu le premier directeur.

Claude Froidevaux était une personnalité très en vue des géosciences internationales. Il était parmi les scientifiques qui ont promu l’Union Européenne de Géosciences (EUG), la prédécesseure de l’actuelle EGU, en particulier en tant qu’éditeur du journal "Terra Cognita". En 1995 il a été élu Président de l’Association Internationale de Sismologie et de la Physique de l’Intérieur de la Terre (IASPEI). Beaucoup d’entre nous gardent de merveilleux souvenirs des écoles d’été qu’il a organisées à Cargese et Porto-Heli, ainsi que de la Conférence de Géophysique Mathématique au Sud de la France.

Claude avait un intérêt véritable tant pour les gens que pour la science, y compris pour des domaines éloignés de son propre champ d’études. Cela l’a conduit à accompagner grand nombre de jeunes scientifiques dans leur débuts de carrière. Claude laisse le souvenir d’une personne optimiste, enthousiaste et généreuse.

informations logistiques sur le symposium (où ? quand ? comment ? qui ? etc...)