Partenaires

CNRS
Logo tutelle

UMR 8538
Ecole Normale Supérieure
24 Rue Lhomond
75231 Paris CEDEX 5
Tél +33 (0) 1 44 32 22 11
Fax +33 (0) 1 44 32 22 00



Rechercher

Sur ce site


Accueil du site > Séminaires/soutenances > Séminaires du Laboratoire de Géologie

Séminaires du Laboratoire de Géologie


Séminaires du Laboratoire de Géologie de l’ENS


Séminaires à venir



Séminaires passés


2017

SEPTEMBRE

- Fabrice COTTON (Helmholtz Centre Potsdam, GFZ) , mardi 26 septembre à 11h en Salle Froidevaux :

" Emerging trends 
in Engineering seismology and Seismic Hazard Assessment "

- Mathilde RADIGUET (ISTerre, Grenoble), mardi 19 septembre à 11h en Salle Froidevaux :

" Slow slip events in the Mexican subduction zone : review from 15 years of observations "

- Magali REGHEZZA (Département Geosciences, ENS, Paris), 12 septembre à 11h00 en salle Froidevaux, séminaire du Département :

" Approche sociale des risques et des catastrophes naturelles "


JUILLET

- Luca DAL ZILIO (ETH Zurich), mardi 11 juillet à 11h00 en salle Froidevaux : " Modélisation des cycles de séismes en Himalaya à partir de modèles sismo-thermo-mécaniques "


JUIN

- Nicolas BRANTUT (University College London, UK), mercredi 14 juin à 11h00, salle 314 [24 rue Lhomond] :

" 4D seismics in the laboratory : imaging using acoustic emission tomography "

Abstract

Over the past three decades, there has been tremendous technological developments of laboratory equipment and studies using acoustic emission and ultrasonic monitoring of rock samples during deformation. Using relatively standard seismological techniques, acoustic emissions can be detected, located in space and time, and source mechanisms can be obtained. In parallel, ultrasonic velocities can be measured routinely using standard pulse-receiver techniques.

Despite these major developments, current acoustic emission and ultrasonic monitoring systems are typically used separately, and the poor spatial coverage of acoustic transducers precludes performing active 3D tomography in typical laboratory settings.

Here, I present an algorithm and software package that uses both passive acoustic emission data and active ultrasonic measurements to determine acoustic emission locations together with the 3D, anistropic P-wave structure of rock samples during deformation. The technique is analogous to local earthquake tomography, but tailored to the specificities of small scale laboratory tests. The fast marching method is employed to compute the forward problem. The acoustic emission locations and the anisotropic P-wave field are jointly inverted using the Quasi-Newton method. I will present benchmark tests, as well as a real-life example showing the propagation of a compaction front in a porous sandstone.

- Han-Cheng SEAT (Institut National Polytechnique de Toulouse), mardi 20 juin à 11h00, salle 314 [24 rue Lhomond] :

" Interféromètre optique de type Fabry Pérot pour des mesures Géophysiques "

- Brice LECAMPION (Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne), mardi 13 juin à 11h00, salle 314 [24 rue Lhomond] :

" Planar Hydraulic Fractures : Penny-shaped and beyond "

Abstract

Hydraulic fractures are tensile (mode I) fractures propagating under in-situ compressive stresses due to the injection of a fluid at a given rate. In most sedimentary basin, the in-situ stress tensor at depth is sufficiently anisotropic and the maximum stress is vertical. In practice, the created fracture thus propagates in a vertical plane perpendicular to the minimum in-situ stress direction.

In this talk, we will first review the theoretical modeling of the propagation of hydraulic fractures, which combine linear elastic fracture mechanics and lubrication flow. We will notably discuss the competition between the different competing dissipative mechanisms (viscous flow & surface creation) depending on the injection condition. The associated difficulties of the numerical modeling of such moving boundary problem will be briefly highlighted, and robust numerical schemes for planar hydraulic fractures will be presented. We then discuss a series of comparisons between theoretical predictions and laboratory experiments for the initiation and propagation of a hydraulic fracture transverse to a wellbore. We focus on four different laboratory experiments performed in different “tight” materials (Cement, PMMA, Niobrara Shale). In all these experiments, the time evolution of several quantities (fracture width, radius, wellbore pressure) were accurately measured and the material and injection parameters were precisely known. The good agreement between theoretical predictions and experiments provide confidence in the classic hydraulic fracture mechanics models, at least for the simple planar fracture geometry (pure mode I) and the Newtonian fluids investigated here. We will also discuss extensions of such coupled model to account for heterogeneities of in-situ stresses and toughness and their impact on planar fracture geometry.

Reference

B. Lecampion, J. Desroches, R. Jeffrey, and A. Bunger. Experiments versus theory for the initiation and propagation of radial hydraulic fractures in low permeability materials. Journal of Geophysical Research : Solid Earth, 2017.

- Nicolas COLTICE (ENS Lyon), mardi 6 juin à 11h00, salle 314 [24 rue Lhomond] : " Une voie pour reconstruire la dynamique couplée du manteau et de la lithosphère "


MAI

- Dmitry GARAGASH (Dalhousie University), mardi 23 mai à 11h00, salle 314 [24 rue Lhomond] :

" Fluid upwelling along a crustal fault with hysteretic permeability : lithostatic pore pressure at depth, "Xmas trees", and seismogenesis "

Abstract

Slow slip at the base of the San Andreas Fault (SAF) at Parkfield have been triggered by tidal and teleseismic shear stress perturbations of few to few tens kPa. Very low values of the fault normal effective stress, or conversely near lithostatic pore fluid pressure at the SAF roots have been invoked to explain the slow slip. Rice [1992] modeled generation of high pore fluid pressure along the fault, characterized by a stress-dependent permeability, due to upwelling of mantle fluid from a source at the fault roots. Rice’s model predicts elevated fault pore pressures with depth, but it can not explain near lithostatic values at the fault base without imposing similar lithostatic values over most of the seismogenic depth range.

In this study, we model the mantle fluid flow along the fault while accounting for experimentally-observed hysteretic dependence of the fault rocks’ permeability on the effective stress, that is, permeability declines at a high stress rate upon loading, but rebounds at a much smaller rate during unloading. We propose that the initial state of fault permeability corresponds to the loading along the lithostatic-hydrostatic effective stress gradient corresponding to no flow, and, thus, very low. The "switching on" of the mantle fluid source of few mm/year leads to the unloading/rebound of the permeability as the pore fluid overpressure develops. Due to very low rate of permeability rebound at depth, the effective stress has to drop precipitously there to accommodate the fluid flow. Predicted "Christmas tree" like profile of the steady-state effective-stress with depth signals very low fault confinement at depth - between 0.1 MPa at the base of SAF (25 km) and 1 MPa at the deep end of the seimogenic zone (15 km) - supporting the observations of low frequency events triggered by very small shear stress perturbations there. Furthermore, estimating the depth-dependent minimum size of a seismic event based on the rate/state friction theory of earthquake nucleation based on the depth-varying effective normal stress, and invoking Gutenberg-Richter statistics allows to reproduce the depth distribution of microearthquakes on the N. California SAF.

In conclusion of this talk, we explore the idea that the distinction between seimogenic and aseismic/creeping segments of a fault (e.g. SAF) may stem not necessarily from the differences in their frictional rheology, but rather from the along-strike variability of the mantle volatiles supply rate into the fault : the higher flow rates favoring weaker, creeping segments and slower flow rates favoring stronger, seismogenic ones.

- Ben HOLTZMAN and Arthur PATHE (LDEO, University of Columbia), vendredi 19 mai à 14h00, salle Serre [24 rue Lhomond] :

" Cyclic Changes in Micro-Seismicity in the Geysers Geothermal Field, as Revealed by Machine Listening "

- Ian JACKSON (ANU, Canberra), mercredi 17 mai à 11h00, salle 314 [24 rue Lhomond] :

" A laboratory-based framework for the interpretation of seismological models "

- Pamela BURNLEY (University of Nevada, Las Vegas), mercredi 17 mai à 14h00, salle 314 [24 rue Lhomond] :

" Stress Percolation in Polycrystalline Materials "

- Charlie SAMMIS (University of Southern California), mardi 16 mai à 11h00, salle 314 [24 rue Lhomond] :

" The Role of Deep Creep in the Timing of Large Earthquakes "

- François RENARD (Université d’Oslo), vendredi 12 mai à 11h00, salle 314 [24 rue Lhomond] :

" Naissance des failles : voyage au cœur des précurseurs a la rupture "

- Eiichi FUKUYAMA (National Research Institute for Earth Science and Disaster Resilience, Tsukuba, Japan), mardi 9 mai à 11h00, salle 314 [24 rue Lhomond] :

" Scale Dependence of Friction, Displacement Effect, and Generation of Unstable- and Stable-Slip in Large Scale Friction Experiments "

Abstract

Some results on large scale friction experiments will be shown. First, I will show you the differences on friction between meter-scale experiments and centimeter-scale ones and its interpretation. Then, I will discuss the effect of slip displacements on friction since large slip distances can be achieved in large scale friction experiments. Finally, I will investigate how stable slow slip and unstable stick-slip are coexisted on the same slip surface.

- Ned FIELD (USGS Denver), vendredi 5 mai à 11h00, salle 314 [24 rue Lhomond] :

" Overview and Scientific Implications of the Latest Earthquake Forecast for California (UCERF3) "

- Sylvain MICHEL (Caltech, USA ), mardi 2 mai à 11h00, salle 314 [24 rue Lhomond] :

"From fault dynamic modeling to seismic hazard "


AVRIL

- Agnès HELMSTETTER (ISTerre, Grenoble ), mardi 4 avril à 11h00, salle 314 [24 rue Lhomond] :

" Micro-séismes répétitifs générés par les glaciers et les mouvements gravitaires "

- Sébastien DUTREUIL (Max Planck Institute for the History of science, Berlin), mardi 11 avril à 11h00, salle 314 [24 rue Lhomond] :

" A quoi sert l’histoire des sciences ? "


MARS

- Shoichi YOSHIOKA (Université de Kobe, Japon), mardi 21 mars à 11h00, salle 314 [24 rue Lhomond] :

" Three-dimensional numerical modeling of temperature and dehydration associated with subduction of the Philippine Sea plate, southwest Japan "


FEVRIER

- Klaus HINZEN (Université de Cologne), mardi 28 février à 11h15, salle 314 [24 rue Lhomond] :

" Archeoseismology - the use of quantitative methods "

- Hideo AOCHI (BRGM), mardi 21 février à 11h00, salle 314 [24 rue Lhomond] :

" Contribution à l’Estimation Quantitative d’Aléa Sismique au travers de Simulations des Tremblements de Terre : Exemple de la Mer de Marmara en Turquie "


JANVIER

- Jonathan BULL (Ocean and Earth Science, National Oceanography Centre Southampton), mardi 31 janvier à 14h00, salle 314 [24 rue Lhomond] :

" Now you see it, now you don’t : Fluid flow in sediments (and links to Carbon Capture and Storage) "

- Cédric BULOIS (Laboratoire de Géologie ENS / Université de Bretagne Occidentale), mardi 24 janvier à 11h00, salle 314 [24 rue Lhomond] :

" Marges polyriftées : réactivations et conditions aux limites ; exemples de la Mer de Corail (Papouasie Nouvelle Guinée) et du Bassin de Porcupine (Irlande) "

- Emmanuel DAVID (Seismological Laboratory, Department of Earth Sciences, University College London), mardi 17 janvier à 11h00, salle 314 [24 rue Lhomond] :

" Mechanics and seismic signature of brittle deformation of serpentinites "

Résumé

It is well recognised that serpentinites play a major role in subduction zone processes, such as tectonic evolution of the oceanic lithosphere, earthquake nucleation, or recycling of water in the upper mantle. However, it is not yet clearly known how and by which micromechanical process serpentinites deform, and what is their signature on seismic properties.

Deformation experiments were conducted on 90%-rich antigorite polycrystalline serpentinite in the brittle field, under varying conditions of confining pressure, with simultaneous measurements of axial and radial strains, and P and S-wave velocities at various directions with respect to the applied stress. Failure, controlled-failure, and cyclic-loading tests were performed to investigate the strength, dissipation of mechanical energy, seismic signature and resulting microstructures of a suite of antigorite specimens.

The brittle deformation of antigorite is mostly non-dilatant and accommodated by shear microcracks localised over a very narrow zone near the failure plane – as confirmed by microstructural observations. Antigorite serpentinites display a failure strength as high as for crystalline rocks, and a yield point occurring close to failure. Another original and untypical feature observed during deformation of the antigorite specimens is the spectacular absence of any wave velocity evolution and any stress-induced anisotropy during axial compression. Such results may have strong implications for the understanding of subduction zone dynamics, which remain to be complemented by mechanical tests conducted in the ductile regime.

- Pierre THOMAS (ENS Lyon), mardi 10 janvier à 11h00, salle 314 [24 rue Lhomond] :

" Données ’terrain’ sur Mars, à partir des retours de la mission Curiosity "

- Quentin BLETERY (Department of Earth Sciences, University of Oregon), mardi 3 janvier à 11h00, salle serre [24 rue Lhomond] :

" Mégaséismes et propriétés des failles "


2016

DECEMBRE

- Caroline HOLDEN (Institute of Geological and Nuclear Sciences de Wellington), vendredi 16 décembre à 10h00, salle serre [24 rue Lhomond, 5ème étage] :

" The recent M7.8 Kaikoura, New Zealand, earthquake : geological and geophysical observations, preliminary dynamic rupture model and regional impacts "

- Ludmila ADAM (Université d’Auckland - Nouvelle Zélande), vendredi 2 décembre à 11h00, salle serre 5ème étage [24 rue Lhomond] :

" How sensitive are elastic waves ? Fine-scale geophysical imaging of rocks "

Résumé

Field geophysical data measure the rock properties indirectly. Such properties can be porosity and permeability - which control the storage and transport dynamics of a reservoir-rock microstructure, and pore fluids. Laboratory measurements together with rock physics models are used to quantitatively interpret geophysical field data. This talk presents an overview of our laboratory technologies to measure the elastic (seismic) properties of a range of rocks for the purpose of a remotely monitoring CO2-water-mineral reactions and understand a directional seismic speeds to describe the rock’s microstructure (anisotropy). I will also share some thoughts on the challenges and opportunities for scaling elastic properties from the laboratory to the field.


NOVEMBRE

- Blandine GARDONIO (ISTerre), mardi 22 novembre à 11h00, salle Jean Jaurès [29 rue d’Ulm] :

" Les interactions entre glissements sismiques et asismiques dans une zone de subduction : le cas du Japon "

- Thomas BODIN (CNRS/ENS Lyon/Laboratoire de Géologie de Lyon), mardi 29 novembre à 11h00, salle Jean Jaurès [29 rue d’Ulm] :

" Reconciling scales in global seismology "

Résumé

For more than 30 years, seismologists have used seismic waves to produce 3D images of the structure of the Earth. Despite many successes, a number of key questions still remain, which are of the uttermost importance to understand plate tectonics. The problem is that different seismic observables sample the Earth at different scales ; they have different sensitivity to structure, and are usually interpreted separately. Images obtained from short period converted and reflected body waves see sharp discontinuities, and are interpreted in terms of thermo-chemical stratification, whereas seismic models constructed from long period seismograms depict a smooth and anisotropic upper mantle, and are usually interpreted in terms of mantle flow.

In this presentation, we will first show that a non negligible part of the observed anisotropy in smooth tomographic models may be artificial and the result of unmapped fine layering in the mantle, i.e small-scale heterogeneities that cannot be resolved by long-period seismic waves. In this way, we will show that tomographic images do not represent the true Earth, but rather a smooth effective, apparent, or equivalent model that provides a similar long-wavelength data fit, but which cannot be interpret in terms of deformation. We will propose a fully probabilistic approach to explore the ensemble of small scale models equivalent to a given smooth tomographic profile. Finally, we will show how a joint interpretation of different frequency bands can allow to fully localizing the patterns of deformation in the mantle.


OCTOBRE

- Thomas GOEBEL (Earth Sciences, University of California, Santa Cruz), mardi 25 octobre à 11h00, salle Jean Jaurès :

" The 2016 Mw5.1 Fareview, Oklahoma earthquakes : Evidence for long-range poroelastic triggering at >30 km from disposal well "

Résumé

T.H.W. Goebel [1], M. Weingarten [2], X. Chen [3], J. Haffener [3], E.E. Brodsky [1] - [1] - Earth Sciences, University of California, Santa Cruz [2] - Geophysics, Stanford University [3] - Earth Sciences, University of Oklahoma

Much of the surge in seismic activity in the central United States has been linked to injection induced pressure changes on pre-stressed faults. This type of pressure-induced seismicity requires a direct hydraulic connection between injection wells and faults, which is complicated when earthquakes are located several kilometers beneath the injection zone and 10s of kilometers away from the injection well.

Here, we employ numerical and analytical models to resolve triggering mechanisms within the greater Fairview region, Oklahoma. The study region shows strong evidence for injection-induced seismicity, including an obvious lack of seismicity before 2013, followed by a rapid increase in background rates between 2014 and 2016. Most of the injection activity was concentrated toward the northwest of the study region resulting in a relatively cohesive zone of high-pressure perturbations between 0.1 and 1 MPa. This zone has a diameter of 10 to 20 km and produced much seismicity most likely by direct pressure effects and fault assisted pressure migration to larger depth.

Outside of the high-pressure zone, we observed two remarkably detached, linear seismicity clusters at 30 to 60 km distance. Our semi-analytical models reveal that poro-elastically-induced Coulomb stress changes surpass pressure changes at these distances, providing a plausible triggering mechanism beyond direct pressure effects. Our results indicate that both pressure and poroelastic stress changes can play a significant role in triggering deep and distant earthquakes by fluid injection and should be considered for seismic hazard assessment beyond the targeted reservoir.

- Tom MITCHELL (University College London), mardi 18 octobre à 11h00, salle Jean Jaurès :

" High speeds and high strain rates during earthquakes : friction, fault damage and fluids "

- Xanthippi MARKENSCOFF (University of California, San Diego, Department of Mechanical & Aerospace Engineering), mardi 11 octobre à 11h00, Salle 350 :

" Dynamics of expanding inclusions and inhomogeneities with transformation strain "


SEPTEMBRE

- Alex COPLEY (Université de Cambridge, Royaume-Uni), mardi 27 septembre 2016 à 11h00, Salle 350 :

" Exploring the controls on earthquakes and tectonics : from the plains of India to the greatest mountain range on Earth "

- Sébastien CHEVROT (Laboratoire Geosciences Environnement Toulouse), jeudi 22 septembre 2016 à 11h00, Salle Jean Jaures :

" Structure et formation des Pyrénées : le retour de l’expérience PYROPE "


JUIN

- Joel SAROUT (CSIRO, Perth, Australie), mardi 28 juin 2016 à 14h00, salle Dussane :

" Monitoring Strength Reduction in Sandstones Associated With Fluid Substitution "

- Harsha S. BHAT (Laboratoire de Géologie,ENS Paris), mardi 21 juin 2016 à 14h00, Salle Dussane :

" The role of multi scale geometric complexities on earthquake ruptures "

- Audrey BONNELYE (Laboratoire de Géologie,ENS Paris), mardi 7 juin 2016 à 14h00, Salle Dussane :

" Etude des propriétés physiques et mécaniques des argilites : de la déformation en laboratoire aux failles naturelles "


MAI

- Odin MARC (GFZ-PTSDAM, Allemagne), mardi 31 mai 2016 à 14h00, Salle Dussane :

" Earthquake-induced landsliding : Impacts of earthquakes on landscape across timescales "

- Raùl MADARIAGA (Professeur émérite, UMR 8538, département de Géoscience de l’ENS), mardi 24 mai 2016 à 14h00, SalleDussane :

" Mécanique de la subduction : observations et modèles de séismes chiliens et leurs précurseurs "

- Chuck DEMETS (Professeur invité, Département Geosciences de l’ENS), mardi 17 mai 2016 à 14h00, Salle Dussane :

" Implications of new high-resolution estimates of Pacific-North America plate motion for the Neogene tectonics of western North America and Canada "

- Issaak PARCHARIDIS (Professeur invité, Harokopio University of Athens, Grèce), mercredi 18 mai 2016, à 11h00, Salle Dussane :

" Land applications of SAR Interferometry "

- A. DIMANOV (Ecole Polytechnique, LMS), mardi 3 mai 2016 à 14h00, Salle Dussane :

" Comportement viscoplastique multi-échelles des roches cristallines du point de vue de l’expérimentateur "


AVRIL

- Jean SULEM (Ecole des Ponts), mardi 12 avril 2016 à 14h00, Salle Dussane :

" Multiphysics couplings and strain localisation in geomechanics "

- Oihane FERNANDEZ-UGALDE (JRC, ISPRA), mardi 5 avril 2016 à 14h00, Salle Dussane :

" La recherche sur la qualité du sol en tant que soutien à l’élaboration des politiques dans l’UE "


MARS

- Michaele LE RAVALEC (IFPEN), mardi 29 mars 2016 à 14h00, Salle Dussane :

" Modélisation des formations géologiques souterraines : intégration de données multi-échelles et pluridisciplinaires "

- Jean-Noel ROUZAUD (Laboratoire de Géologie, ENS), mardi 22 mars 2016 à 14h00, Salle Dussane :

" 12 années de passion pour les carbones naturels et anthropiques au Laboratoire de Géologie de l’ENS "

- Benoît GIBERT (Université de Montpellier) et Léa LEVY (Laboratoire de Géologie, ENS), mardi 8 mars 2016 à 14h00, Salle Dussane :

" Géothermie profonde dans un rift actif en Islande : de la pétrophysique de laboratoire à la géophysique de terrain "


FEVRIER

- Guilio DI TORO (University of Manchester, UK), mardi 23 février 2016 à 14h00, Salle Dussane :

" A close look at the earthquake machine "

- Jeorg RENNER (Ruhr Universität, BOCHUM, Allemagne), mardi 16 février 2016 à 14h00, Salle Dussane :

" Characterizing heterogeneity in rocks by oscillatory hydraulic testing "

- Jean-Michel LEMIEUX (Université de LAVAL, Quebec, Canada), mardi 9 février 2016 à 14h00, Salle Dussane :

" L’impact des glaciations sur l’écoulement des eaux souterraines : Investigation "

Séminaire exceptionnel

- Emile OKAL (Dept of Earth and Planetary Sciences, Northwestern University, USA), lundi 8 février 2016 à 14h00, Salle Dussane :

" Sismogrammes historiques : Une espèce menacée d’extinction "

- Laure SOUCEMARIANADIN (Labo de Géologie, ENS, Paris), mardi 2 février 2016 à 14h00, Salle Dussane :

" Caractérisation et quantification de la matière organique des sols - Utilisation de la spectroscopie résonance magnétique nucléaire "


JANVIER

- J. M. NOCQUET (IRD), M. VALLEE (IPGP), mardi 19 janvier 2016 à 14h00, Salle Dussane :

" Les étonnants glissements transitoires de la subduction nord andine "

- Zacharie DUPUTEL EOST, Strasbourg, mardi 12 janvier 2016 à 14h00, Salle Dussane :

" De la source sismique aux images tomographiques : Apport de l’inférence bayésienne "


2015

DECEMBRE

- Julien GASC, Géosciences, Montpellier, mardi 8 décembre 2015 à 11h00, Amphi Rataud :

" Rhéologie et potentiel sismogène de la serpentinite, apport d’expériences de micro-sismologie en presse D-DIA "

- Timm JOHN, Université de Berlin, Allemagne, mardi 1 décembre 2015 à 11h00, Amphi Rataud :

" A mechanistic view on slab dehydration ”


NOVEMBRE

- Sébastien MERKEL, Université de Lille 1, mardi 24 novembre 2015, à 11h00, Amphi Rataud :

" Dynamique de la graine terrestre : modélisation multi-échelle et apports de la minéralogie "

- Sabrina SPEICH, LMD, ENS, mardi 17 novembre 2015, à 11h00, Amphi Rataud :

" Du concept de "circulation thermohaline " à celui de "circulation globale de l’océan" : Focus sur l’Océan Austral. Etat de notre connaissance et enjeux dans le contexte du changement climatique "

- Maxime GODANO, Centre de Géosciences, MINES ParisTech, mardi 10 novembre 2015, à 11h00, Amphi Rataud :

" Structure et dynamique des failles vues par la microsismicité : exemple du rift de Corinthe ”

- Eugénie PEROUSE, California Institut of Technology, PASSADENA, USA, mardi 3 novembre 2015, à 11h00, Amphi Rataud :

" Spatiotemporal evolution of fault slip-rates in deforming continents ”


OCTOBRE

- Matthias DELESCLUSE, Laboratoire de Géologie, ENS, Paris, mardi 27 octobre 2015, à 11h00, Amphi Rataud :

" Structure d’une dorsale fossile et extinction de l’accretion océanique : le cas de la dorsale lente à ultra-lente de la Mer du Labrador "

Résumé

Two seismic refraction lines were acquired along and across the extinct Labrador Sea spreading center during the SIGNAL 2009 cruise. We derived two P-wave velocity models using both forward modeling (RAYINVR) and travel time tomography inversion (TOMO2D) with good ray coverage down to the mantle. Slow spreading Paleocene oceanic crust has a thickness of 5 km, while the Eocene crust created by ultra-slow spreading is as thin as 3.5 km. The upper crustal velocity is affected by fracturation due to a dominant tectonic extension during the waning stage of spreading, with a velocity drop of 0.5 to 1 km/s when compared to Paleocene upper crustal velocities (5.2-6.0 km/s). The overall crustal structure is similar to active ultra-slow spreading centers like the Mohns Ridge or the South West Indian Ridge (SWIR) with lower crustal velocities of 6.0-7.0 km/s. An oceanic core complex is imaged on a 50 km-long-segment of the ridge perpendicular line with serpentinized peridotites (7.3-8.0 km/s) found 1.5 km below the basement. The second, ridge-parallel line also shows extremely thin crust in the extinct axial valley, where 8 km/s mantle is imaged just 1.5 km below the basement. This thin crust is interpreted as crust formed by ultra-slow spreading, which was thinned by tectonic extension. We compare these results with other cases of ridge extinctions (Baffin Bay, Shikoku Basin, South China Sea) to discuss the roles of thermal regimes and far field kinematics in the processes leading to the cessation of spreading.

- J. P. AVOUAC, Caltech, USA, mercredi 21 Octobre 2015 à 10h00, Salle CAVAILLES :

" Le séisme de Gorkha (25/04/2015, Mw7.8, Nepal)-implication pour l’alea sismique en Himalaya et le comportement sismique des grands chevauchements "

- Frédéric BOUDIN, ENS/Labo de géologie, Paris, mardi 6 Octobre 2015 à 11h00, Amphi RATAUD :

" Développement d’inclinomètres longue base à mesure interférométrique laser pour l’observation à haute résolution de déformations dans le cycle sismique "


SEPTEMBRE

- Christian BAILLARD, ENS/LRC, Paris, mardi 22 Septembre 2015 à 11h00, Salle des Résistants :

" Géodynamique de la zone de subduction au Vanuatu "

Résumé

The Vanuatu Arc (VA), located in the southeast part of the Pacific ocean (167°E, 16°S), is an highly seismically active region with more than 40 events of magnitude Mw > 7 since 1973 (USGS catalog). It is dominated by the east-dipping subduction of the Australian Plate (AP) under the North Fiji basin microplate. The convergence rates with respect to the AP are estimated to be between 130 and 170 mm/yr, except in the central part of the VA where the convergence rates are between 30 and 40 mm/yr. This is mainly caused by the subduction of the d’Entrecasteaux ridge. The aim of our study is to analyze and understand the complex tectonic processes of the central section of the VA. To achieve this we first located hypocenters using P-S phase picks obtained by a Kurtosis based automatic picker procedure we developed (Baillard et al, 2014). Characterization of the onsets is performed through a derived polarization function. By analyzing the hypocenters from our local microseismic catalog ( 29000 earthquakes, 2008-2009) and global catalogs we show that the subduction interface is steep and can reach 70° at high depth, however in the first 50 km depth, it presents a small dipping angle where the ridge is subducting. This bump highlights the buoyancy of the ridge associated to the excess of fluids present in the seamount. This underplating could explain 20% to 60% of the vertical displacement estimated on the forearc islands from corals datations. The high concentration of hydrous minerals in the subducting ridge might also explain the important activity of intermediate depth earthquakes (half of the total activity in the studied region), we observed a very good correlation between the supposed extension of the ridge in depth and the location of these earthquakes. We propose that they are associated to crust minerals dehydration that causes hydrous fracturation trough preexistent faults. This dehydration process is maintained to a maximum depth of 190 km due to the high thermal parameter of the australian plate. Using the geometry of the Wadati-Benioff plane derived from earthquakes locations, we established a 2D mechanical model to explain the horizontal interseismic displacement observed by GPS on islands of the upper plate. We show that the subduction interface alone cannot explain the GPS velocities observed, the system of thrust faults located below the back arc islands of Maewo and Pentecôte, plays a major role in the region geodynamics and accommodate as much convergence as the subduction interface (between 16 and 34 mm/yr). Using the model we were also able to explain the closing of the Aoba basin during interseismic phase ($ 25 mm/yr). Finally, the mechanical model suggests the existence of a 23 km wide locked patch that reaches the trench.

- Harry GREEN, University of California at Riverside, USA, mardi 15 Septembre 2015 à 14h00, Salle des Résistants :

"Phase transformation and nanometric flow cause extreme weakening during fault slip"


JUILLET

- Roland BURGMANN (Berkeley University, USA), mardi 7 Juillet 2015 à 11h00, Algeco :

" Periodic Crustal Deformation and Seismicity "


JUIN

- Tim WRIGHT (Leeds University), mardi 23 juin 2015 à 11h00, Salle J. JAURES :

- Symposium en l’honneur de Raùl MADARIAGA, Laboratoire de Géologie, UMR 8538, ENS Paris, jeudi 18 et vendredi 19 Juin 2015, de 9h00 à 18h00, Salle J. JAURES

- Nadège HILAIRET (UMET, Lille), mardi 9 juin 2015 à 11h00, Salle J. JAURES :

- Wayne THATCHER (USGS), lundi 1er juin 2015 à 14h00, Salle Geosciences :

" New ways to look at present-day tectonic deformation of the western united states "

- Carlo LAJ (Chercheur Emérite au département Geosciences, ENS Paris), mardi 2 juin 2015 à 14h00, Salle J. JAURES :

" L’intensité du champ magnétique terrestre au cours des 75.000 dernières années (et quelques phénomènes géophysiques qui en dépendent) "


MAI

- Ben HOLTZMAN (Professeur invité au Laboratoire de Géologie de l’ENS), mardi 26 mai 2015 à 11h00, Salle DUSSANE :

" How fast can lithosphere be modified from below ? Towards a characterization of the "corrosion potential" of the asthenosphere beneath the Colorado Plateau "

- Bruce VELDE (Laboratoire de Géologie, ENS Paris), mardi 5 mai 2015 à 14h00, Salle DUSSANE :

" La géochimie suivant les traces de Saint-Louis : les vitraux de la Sainte Chapelle, terroirs et techniques de fabrication des verres "

- Jean-Baptiste REGNET (Laboratoire de Géologie, ENS Paris), mardi 12 mai 2015 à 14h00, Salle DUSSANE :

" Propriétés physiques et comportement mécanique des roches carbonatées microporeuses : approche intégrée expérimentale et microstructurale "


AVRIL

- Ana COSTA (Université de Lisbonne, Portugal), mardi 21 avril 2015 à 11h00, Salle des ACTES :

" Mass-wasting episodes in the geological evolution of the Azores islands : timing, recurrence, mechanisms and consequences "

ANNULE


MARS

- Romain JOLIVET, mardi 3 mars 2015 à 14h00, Salle DUSSANE :

" Apport de l’InSAR pour un suivi spatio-temporel du glissement asismique "

- German RUBINO (Université de Lausanne, Suisse), mardi 10 mars 2015 à 14h00, Salle Jean JAURES :

" Numerical upscaling of seismic properties of heterogeneous porous rocks "

- Lars HANSEN, mardi 17 mars 2015 à 14h00, Salle Jean JAURES :

" Laboratory insight into the nature of plate tectonics : Anisotropic viscosity and strain localization "

Résumé

A key outstanding problem regarding the nature of plate tectonics is the manner in which deformation is focused at plate boundaries while plate interiors are appreciably less deformed. Our current understanding of deformation in mantle rocks suggests the lithosphere has a rheological behavior that is not conducive to the operation of plate tectonics as observed on Earth. Here I report on several recent suites of laboratory-based experiments that characterize relatively exotic rheological behaviors in mantle rocks. In particular, olivine aggregates can exhibit significant anisotropy in their viscosity, the magnitude of which evolves during deformation and leads to strain localization. This behavior is likely key to Earth-like plate boundary formation, large-scale strain localization, and the longevity of plate boundaries. I present a set of new constitutive models that capture this dynamic behavior and are calibrated with laboratory results.

- Marianne METOIS, mardi 31 mars 2015 à 14h00, Salle DUSSANE :

" Déformation des balkans vue par la géodésie spatiale "


FEVRIER

- Aochi HIDEO (BRGM, Orléans), mardi 3 février 2015 à 11h00, Salle des ACTES :

" Modeling earthquakes using Fractal circular patch models with lessons from the 2011 Tohoku-oki earthquake "

- Joël SAROUT , (CSIRO, Perth, Australie), mardi 17 février 2015 à 14h00, Salle DUSSANE :

" Physical properties and anisotropy of shales : Heterogeneity, anisotropy and scale effects "

- Thomas FERRAND (Laboratoire de Géologie, PARIS, ENS), mardi 24 février 2015, Salle DUSSANE :

" Vers une confirmation expérimentale d’une hypothèse élégante pour expliquer la sismicité du plan de Benioff inférieur "


JANVIER

- Adrien POUPARDIN (Laboratoire de Géologie), mardi 6 Janvier 2015 à 11h00, Salle Jules Ferry :

" Méthodes de détermination de MNT : Application à la modélisation numérique de tsunamis "

- Jean-Arthur OLIVE (MIT, Boston, USA), mardi 13 Janvier2015 à 11h00, Salle Jules Ferry :

" Evolution long terme des failles normales : le rôle des processus de surface "

Résumé

Ce séminaire porte sur les couplages entre processus de surface (érosion, sédimentation) et processus tectoniques en contexte extensif. S’il est désormais admis que les processus de surface contrôlent la localisation de la déformation au sein des prismes orogéniques, leur influence sur l’évolution des grandes failles normales continentales reste à établir et à quantifier. Pour ce faire, nous couplons un modèle numérique 2-D d’extension de la croûte supérieure avec une loi d’érosion / sédimentation simplifiée, en travaillant à l’échelle d’une faille. En l’absence de processus de surface, l’extension de la croûte supérieure met en jeu une succession de failles normales à durée de vie courte, accommodant chacune 4 km d’extension. En revanche, lorsque les taux d’érosion deviennent comparables au taux d’extension, une faille peut accumuler plus de 15 km d’extension sans qu’aucune autre ne se forme pour prendre le relai. Nous interprétons ces résultats numériques à l’aide d’un modèle analytique simple considérant le bilan des forces qui agissent sur une faille normale. Ceci nous permet d’estimer l’effet de la redistribution des masses superficielles sur la durée de vie d’une faille. Enfin, nous comparons nos résultats à différents exemples géologiques (Golfe de Corinthe, faille de Wasatch...) et suggérons que les processus de surface exercent un contrôle central sur les styles tectoniques extensifs, notamment en pérennisant les structures du type demi-graben.

- Anthony SLADEN (GEOAZUR), mardi 20 Janvier 2015 à 11h00, salle des ACTES :

" Inversion multi-données du séisme M9.0 de Tohoku-Oki, Japon, de 2011 "

- O. PLUMPER (University of Utrecht, The Netherlands), mardi 27 Janvier 2015 à 11h00, Salle des ACTES :

" Chemo-mechanical feedbacks during reactive fluid flow in low-permeability rocks "


2014

- Ana FERREIRA (University College London), mardi 9 Décembre 2014 à 11h00, Salle Jules Ferry :

" Kinematic seismic imaging of global earthquakes : the importance of 3-D Earth structure "

- Tonie Van DAM, mardi 2 Décembre 2014 à 11h00, Salle Jules Ferry :

" Absolute Gravity versus Surface Uplift in Greenland "


- Alexis RIGO (Laboratoire de Géologie), mardi 25 Novembre 2014 à 11h00, Salle Jules Ferry :

" Déformation (intra)continentale - Les cas des Pyrénées et du hotspot de Yellowstone "


- J. RUH (Université Paris VI), mardi 18 Novembre 2014 à 11h00, Salle Jules Ferry :

" Dynamic evolution of thin-skinned fold-and-thrust belts : Field study, magnetostratigraphy and numerical modelling applied to the Zagros and Makran Mountains (Iran) "

Thin-skinned fold-and-thrust belts related to convergent tectonics develop by scraping off a rock sequence along a weaker basal decollement, which is often formed by water-saturated shale layers or low-viscosity salt horizons. Although thin-skinned fold-and-thrust belts are among the best and most investigated geological features on earth, there are many aspects that need further examination. The interplay between surface processes and the dynamic structural evolution is tested by magnetostratigraphy of progressive unconformities in the onshore Makran accretionary wedge and the Zagros foreland fold-and-thrust belt. The impact of decollement and wedge rheology on the long-term evolution of thin-skinned fold-and-thrust belts is investigated with numerical modelling and applied to the Makran and the Zagros. Furthermore, comparison of numerical results to analytical solutions will be presented.


- Takihiro HATANO (Earthquake research Institute, Tokyo), mardi 28 Octobre 2014 à 11h00, Salle Jules Ferry : ENS/Géologie/Géosciences :

" Micro-macro correspondence in a friction law "


- Adrien SELLES (Laboratoire de Géologie, ENS), mardi 14 octobre 2014 à 14h00, Salle Jules Ferry :

" Etude multidisciplinaire du comportement hydrogéologique du flanc Est du volcan Merapi (Central Java, Indonésie) "


- Hélène ROUBY (Laboratoire de Géologie, ENS), mardi 7 octobre 2014 à 13h30, Salle Cavailles :

" Niveau marin et volumes de glace depuis le dernier maximum glaciaire jusqu’à l’Holocène "


- Soumaya LATOUR (Laboratoire de Géologie, ENS), mardi 30 septembre 2014 à 13h00, Salle de Conférence :

" Etude expérimentale de la dynamique des ruptures : de la nucléation à l’effet des hétérogénéïtés "


- John WHEELER, (University of Liverpool ), mardi 23 septembre 2014à 11h00, Salle Ceylan :

" A new theory for how deformation and fluid pressure interact with metamorphism "


- Emile OKAL (Depart. of Earth and Planetary Sciences, Northwestern University, Illinois, USA), Jeudi 18 septembre 2014 à 11h00, Salle Beckett :

" Surprises du séisme profond de la Mer d’Okhotsk du 24 mai 2013 : d’une composante d’implosion à un tsunami détectable "


- Stéphanie VIALLE (Standfort University, USA), Mardi 16 septembre 2014 à 11h00, Salle Henri Cartan :

" Laboratory experiments and a dimensionless analysis to link microstructure heterogeneities to flow and chemical reactivity "

Résumé

In both natural and engineered systems, fluid-rock interactions may occur due to changes in temperature, pressures or nature of the circulating fluids. Dissolution and precipitation of minerals will cause changes in the rock microstructure, which will affect the rock properties (hydraulic, electrical and elastic) and in turn affect the fluid-rock interactions themselves. I will present the methodology employed in the laboratory in order to better understand this complex coupled problem and to assess the possibility of geophysical monitoring. Experiments consist in injecting CO2-saturated fluids in various limestones and in using a combination of geochemical fluid analysis to quantify fluid-rock interactions, imaging techniques to document changes in the rock microstructure, and rock properties monitoring (permeability, electrical formation factor, and P- and S-wave velocities). These experiments provide key methods and experimental data needed to revise current rock physics models in the case of reactive systems. I will then show an approach to quantify the effects of microstructure heterogeneities on the flow and fluid chemical reactivity : it consists in computing the Péclet and Damköhler numbers, rewritten in such a way that they link parameters characterizing the pore space to the magnitude of the different transport and kinetic processes. This analysis shows that the main controlling factors are in that case permeability and reactive surface area.


- Gabriel COELHO (Inst. Sciences de la Terre d’Orléans), Mardi 8 juillet 2014 à 11h00, Salle Jules FERRY :

" Interactions entre l’écoulement des fluides, les interactions fluides-roches et la déformation. Application à la formation des épidosites océaniques de Troodos "


- Guillaume RAMILLIEN (Laboratoire Géosciences Environnement, Toulouse ), Mardi 1er juillet 2014 à 11h00, Salle Conf. IV :

" Les redistributions des masses d’eau à la surface de la Terre observées par gravimétrie spatiale "


- Steve INGEBRITSEN (US Geological Survey, Menlo Park, California, USA), Exceptionnellement Vendredi 27 juin 2014 à 11H00, Salle HISTOIRE :

" Groundwater in Geological Processes"

Hydrogeologists and geologists are now actively exploring the role of groundwater and other subsurface fluids in such fundamental geologic processes as crustal heat transfer, ore deposition, hydrocarbon migration, earthquakes, tectonic deformation, diagenesis, and metamorphism. This talk will emphasize (1) recent advances in understanding of fluid flow and heat transfer at the mid-ocean ridge and in the US Cascade Range and (2) the links between groundwater processes and deformation, seismicity, and permeability.


- Robert VIESCA (Tuffts University, Boston, USA), Mardi 24 juin 2014 à 11h00, Amphi RATAUD :

" Scale dependency of fracture energy and estimates thereof via dynamic rupture solutions with strong thermal weakening "


- Julie TUGEND (Laboratoire de Géologie), Mardi 17 juin 2014 à 11h00, Amphi RATAUD :

" Spatial and temporal evolution of hyperextended rift systems : implication for the nature, kinematics and timing of the Iberian-European plate boundary "


- Michael BEVIS (OHIO State University), Mardi 3 juin 2014 à 11h00, salle Dussane :

" Weighting the Greenland Ice Sheet with GPS "


- Claudio SATRIANO (INSTITUT DE PHYSIQUE DU GLOBE, PARIS), Mardi 6 mai 2014 à 11h00, salle Dussane :

" Segmentation des failles et interactions entre segments : un point de vue sismologique "

Résumé

Segmentation within seismogenic zones is defined by geometrical heterogeneities, stress and strength variability, impedance contrasts, material properties, thermal state and hydration. Fault zone complexity controls deformation processes at different time and space scales, i.e. : (1) earthquake interactions and seismic cycle ; (2) spatio-temporal distribution of transient slip events (earthquakes, tremors, slow-slip) ; (3) rupture style and radiation properties of large earthquakes. Here we illustrate the contribution of seismological observation in characterizing fault segmentation and segment interactions, from the study of background seismic activity and of the rupture process of large earthquakes. We focus on three different tectonic contexts : (1) The NE Japan Trench, where the study of the radiation properties of the 2011, Mw 9.0 Tohoku earthquake and of pre-Tohoku seismic activity evidences along-dip and along-strike variability of fault zone properties, linked to the peculiar thermal state (cold slab) and the geometry of this subduction ; (2) The diffuse deformation zone of Wharton Basin, with the observation of the 2012, Mw 8.6 multi-segment earthquake, involving dynamic triggering and possible reactivation of oceanic fracture zones ; (3) The south margin of the Scotia Sea Plate, where we provide the first observation of very short recurrence time (10 years) between two major earthquakes (Mw 7.6 and 7.8) affecting the same fault segment. This challenges the classical hypothesis of long interseismic phases terminated by major events.


- Harald MILSCH (GeoForschungsZentrum de Potsdam, Allemagne), Mardi 15 avril 2014 à 11h00 :

" Effective pressure dependence of fracture permeability - Implications for Enhanced Geothermal Systems-"

- Catherine KISSEL (Laboratoire des Sciences du Climat et de l’Environnement, IPSL, Chercheur CEA), Mardi 8 avril 2014 à 11h00 :

" Variabilité Holocène de la circulation profonde en Atlantique sub-polaire "

Résumé

Les échanges entre les différents océans du monde et entre l’océan et l’atmosphère sont dominés par la circulation thermohaline. Comprendre la variabilité naturelle de celle-ci et les mécanismes mis en jeu en particulier pendant les interglaciaires est d’un très grand intérêt pour la compréhension de son évolution future sous l’effet du changement climatique actuel. Le lieu principal actuel de formation des masses d’eau profonde étant la mer de Norvège et la Mer du Labrador, l’océan Atlantique sub-polaire est un bassin privilégié pour de telles études. Nous exposerons les résultats obtenus sur des études détaillées des propriétés magnétiques, sédimentologiques et géochimiques de carotte sédimentaires prélevées en Atlantique sub-polaire, le long des grands courants marins profonds. Toutes les séquences étudiées bénéficient d’un modèle d’âge exceptionnellement documenté et détaillé montrant un taux d’accumulation pendant l’Holocène permettant des études à haute résolution temporelle. Nous nous attacherons ainsi à décrire les variations à long- et court-terme de cette circulation profonde pendant la période Holocène. Nous les comparerons aux enregistrements publiés d’océan de surface et les examinerons par rapport aux différents mécanismes proposés. L’ensemble permettra également de mettre en valeur le potentiel des études magnétiques et leur apport spécifique dans les reconstitutions paléo-environnementales/paléoclimatiques.


- Christian BECK (ISTERRE, Grenoble), Mardi 1 avril 2014, à 11h00 : salle Dussane, ENS, 45, rue d’Ulm, Paris 75005 ENS/Géologie/Géosciences :

" Sédimentation co-sismique : caractérisations, applications, problèmes "

Résumé

A la détection et datation des paléoséismes via la méthode des tranchées au travers de failles actives affleurantes, s’est ajouté plus récemment le décryptage d’archives sédimentaires lacustres et marines. Dans ces dernières, les indices de paléosismicité peuvent être, soit des déstructurations post-dépôt in situ, soit des niveaux spécifiques issus d’une re-sédimentation (glissement, fluidisation, re-suspension, etc.). Une augmentation brutale de pression interstitielle, associée à une accélération du substratum est le mécanisme initiateur pour l’ensemble. L’intercalation de niveaux spécifiques ou de perturbations dans des accumulations sédimentaires, dont la chronologie est bien contrainte, peut fournir une archive précise et de longue durée (jusqu’à plusieurs dizaines de milliers d’années). L’analyse d’une sédimentation supposée co-sismique (et/ou syn-tsunami) comporte deux difficultés majeures : 1) argumenter l’origine sismique, 2) attribuer un « évènement sédimentaire » à une structure active connue par ailleurs. Dans cet exposé, les deux questions seront illustrées par différents cas concrets qui concernent les derniers 15 000 à 20 000 ans. Après une revue de l’aspect « déstructuration in situ », nous développerons l’analyse des niveaux issus de remaniements gravitaires (turbidites, homogénites) : caractérisation directe (intrinsèque) par les textures, caractérisation indirecte par corrélations, lien direct ou indirect avec une structure active. Les exemples développés concernent les Andes Chiliennes, les Andes de Mérida (Faille de Bocono), l’avant-pays alpin, les Petites Antilles, la Mer de Marmara (Faille Nord-Anatolienne), le Golfe de Corinthe.


- Mathieu ROGRIGUEZ (Laboratoire de Géologie), mardi 18 mars 2014 :

" La limite de plaque Inde-Arabie du Crétacé supérieur à l’Actuel "

Résumé

La Zone de Fracture d’Owen (ZFO) est une faille de 800 km de long qui joue actuellement le rôle de limite de plaque entre l’Inde et l’Arabie. Elle s’inscrit le long d’un petit cercle qui implique un mouvement purement dextre sur la majeure partie de la faille. La couverture bathymétrique complète de la faille révèle plusieurs segments de failles séparés par des relais, dont un bassin pull-apart à la latitude 20°N. Un bassin pull-apart rhomboédrique (Beautemps-Beaupré) marque la terminaison sud de la ZFO, tandis qu’un bassin plus complexe, la fosse de Dalrymple, constitue la terminaison Nord. La ZFO recoupe la ride d’Owen-Murray, qui forme une série d’imposants reliefs océaniques. Les décalages morphologiques de la Ride d’Owen confirment un décalage dextre d’environ 10-12 km le long de la ZFO. En considérant un mouvement de 3±1 mm.a-1 estimé à partir de données géologiques et GPS, l’âge de la ZFO est compris entre 3 et 6 Ma. De même, l’âge du bassin 20°N et de la fosse de Dalrymple sont estimés à 2-3 Ma à partir de calibration avec les forages ODP-DSDP. L’âge de ces bassins est contemporain d’une discordance majeure observée dans la plaine abyssale de l’Oman (discordance "M"). Le Bassin pull-apart à 20°N et la fosse de Dalrymple affichent de larges dimensions (de l’ordre de la centaine de km de long) en dépit du faible décalage accumulé depuis le début de leur formation (environ 10 km). Nous proposons que ces bassins sont le résultat de l’isolement d’un demi-graben lors de la réorganisation structurale à l’origine de la formation du relai. La dizaine de km d’extension a ensuite entretenu la subsidence de ces demi-graben, et a été distribuée au niveau des failles transverses segmentant ces bassins. La subsidence du Bassin 20°N a favorisé sa croissance par effondrement gravitaire. D’autre part, la Ride d’Owen est érodée par des systèmes complexes de glissements de terrains sous-marins, qui représentent une source potentielle d’aléa tsunami pour les côtes de l’Oman situées à proximité. Le glissement de terrain le plus volumineux observé le long de la ride (40km3) a servi de référence pour des simulations numériques de l’initiation et de la propagation des tsunamis potentiellement générés. Les résultats des calculs montrent qu’un tsunami d’environ 2.5 m de haut peut affecter la ville de Salalah (200 000 habitants) environ une heure après le déclenchement du glissement. Heureusement, les études stratigraphiques indiquent que la récurrence de tels glissements (et des tsunamis associés) est faible, de l’ordre de 105-106 années. L’âge du soulèvement de la Ride d’Owen-Murray a été précédemment estimé à environ 20 Ma, et rattaché à une réorganisation structurale majeure de la limite de plaque Inde-Arabie, impliquant sa migration de la marge Omanaise à sa position actuelle, 200 à 300 km plus à l’Est. Les données de sismique réflexion collectées lors de la campagne Owen 2 ont permis d’identifier pour la première fois les traces Miocène et Paléogène de la limite de plaque, avant l’activation de l’OFZ. Ces nouvelles découvertes entraînent une révision complète de l’histoire géologique de la limite de plaque Inde-Arabie. L’identification de lambeaux de l’ophiolite de Masirah sur le socle du Bassin d’Owen aux abords de la marge est-omanaise indique que le socle est à cet endroit d’âge Crétacé (au minimum). Cela contraste avec l’âge Paléocène des roches forées au niveau de la Ride d’Owen. Ces observations indiquent que le socle du Bassin d’Owen est d’âge mixte, et que des portions de lithosphère d’âge différent ont été mises en contact par une faille transformante majeure. Le système transformant structurant le socle du Bassin d’Owen était associé à la dorsale de Carlsberg au cours du Paléocène-Eocène. L’arrêt de son activité, associé à un épisode de transpression à la fin de l’Eocène, est marqué par le soulèvement de rides marginales et une discordance angulaire régionale. La limite de plaque Inde-Arabie est ensuite retrouvée au niveau de l’actuelle Ride d’Owen dès la fin de l’Oligocène. Son activation est probablement légèrement antérieure aux premiers stades d’accrétion au niveau de la dorsale de Sheba. Cette relocalisation de la plaque Arabe a impliqué le transfert d’un vaste segment de la plaque Indienne à la plaque Arabe. L’épisode de réorganisation structurale de la limite de plaque est contemporain d’un épisode de réorganisation global des plaques à entre 24 et 40 Ma. Le soulèvement de la Ride d’Owen a eu lieu bien plus tard, il y a environ 8.2-8.8 Ma, en réponse au changement cinématique associé à la croissance de l’Himalaya et la déformation intra-plaque dans l’océan central indien. Le soulèvement de la Ride d’Owen-Murray s’inscrit dans une épisode de déformation intraplaque reconnu au niveau de la marge omanaise, une zone de fort contraste rhéologique. Cette épisode de déformation est responsable de l’inactivation de la limite de plaque Miocène, et de sa relocalisation au niveau de la ZFO actuelle. Un changement environnemental majeur a été précédemment identifié sur le pourtour de la Mer d’Arabie dans la séquence de Siwalik au Pakistan. Ce changement a été dans un premier temps interprété comme le résultat d’une abrupte intensification de la mousson autour de 8.5 Ma, enregistrée par une augmentation drastique des abondances de G. Bulloides dans la couverture sédimentaire de la Ride d’Owen. Cependant, cette intensification ne peut s’expliquer par le seul jeu des paramètres astronomiques, ce qui indique qu’il s’agit d’un potentiel artefact de la sédimentation associé au soulèvement de la Ride d’Owen. Nous proposons que l’épisode de déformation identifié dans le Bassin d’Owen ait pu également favoriser le soulèvement de reliefs au niveau de la marge du Dhofar et du prisme d’accrétion du Makran, conduisant à une réorganisation du réseau fluvial, peut-être à l’origine du changement environnemental enregistré par la séquence de Siwalik. Des corps contouritiques sont également identifiés sur la marge omanaise à partir de 8.5 Ma, indiquant une possible réorganisation de la circulation océanique profonde. Ce scénario a de fortes implications sur la compréhension des interactions tectonique-climat dans la région, en particulier sur l’origine du soulèvement tardi-Miocène de la chaîne Himalayenne.


- Cédric TWARDZIK (Oxford Univ., UK), mardi 11 mars 2014 :

" From kinematic to dynamic inversion : The case study of the rupture process of the 2004 Parkfield earthquake "

Résumé

We explore a recently developed method for carrying out kinematic inversions. It is based on an elliptical sub-fault approximation, where the slip history is modelled using a small set of elliptical patches. We use it to invert near-field strong ground motion to obtain the rupture history of the 2004 September 28, Mw6.0, Parkfield, California, earthquake. We perform 12 kinematic inversions in order to explore the variability of plausible rupture models. The preferred rupture model has a final seismic moment of 1.21x10^18 Nm, distributed on two distinct ellipses. The average rupture speed is 2.7 km/s. This model shows a good agreement with the location of large earthquakes (Mw > 3) that have occurred prior to the 2004 Parkfield earthquake, surrounding the two slip patches. Similar behaviour is also observed for the aftershocks. After considering kinematic inversion, we present a full dynamic inversion for the Parkfield earthquake using also elliptical sub-fault approximation. The best fitting model has a final seismic moment of 1.18 x 10^18 Nm, distributed on one ellipse. The rupture speed is 2.8 km/s. In addition to the inversion, we explore the dynamic parameter-space using a Monte-Carlo method. Inside the parameter-space, we show that the rupture models are distributed according the rupture speed and final seismic moment, defining a optimal region where models fit correctly the data. We finally investigate the transition between kinematic models and dynamic models. To make the preferred kinematic model both dynamically correct while fitting the data, we show it is necessary to connect the two ellipses. This is done by adopting a new approach that uses b-spline curves.


- Hans-Peter SCHERTL (Ruhr-Univ, Bochum, Allemagne), mardi 18 février 2014 :

" The Kokchetav Massif, Kazakhstan : ’type-locality’ of diamond-bearing ultrahigh-pressure metamorphic rocks "


- Tonie VAN DAM (University of Luxembourg, Luxembourg), mardi 11 février 2014 :

" Absolute Gravity versus Surface Uplift in Greenland "

SEMINAIRE ANNULE - REPORTE AU MARDI 13 MAI 2014


- Jean-Mathieu NOCQUET (Géoazur, Nice), Mercredi 5 février 2014 à 16h00, Amphi Rataud :

" Déformation continentale, subduction asismique, et glissement transitoire dans les Andes du Nord "


- Émile OKAL (Northwestern University, Evanston, IL, USA), mardi 28 janvier 2014 :

" Onze tsunamis de Sumatra 2004 a Tohoku 2011 : Gagnons-nous en sagesse ? "


- Tim CRAIG, mardi 14 janvier 2014

" Global outer-rise seismicity and the mechanics of oceanic lithosphere "


- Audrey OUGIER-SIMONIN (IsTerre-Grenoble), mardi 7 janvier 2014 :

" Effet de la pression de pore sur la propagation des fractures et les instabilités de glissement : un mécanisme possible pour les séismes lents "


2013

- Xavier LE PICHON (Prof. Collège de France), lundi 2 décembre 2013 :

" L’évolution de la faille de Marmara : implications sur la propagation de la faille nord anatolienne vers l’ouest "


- Yann KLINGER (tectonique IPGP), mardi 11 juin :

" Tectonique de la faille du Levant "


- Jennifer WESTON (Univ. of East Anglia), mardi 14 mai :

" Joint inversion of geodetic and seismological data for earthquake source parameters "


- Loic LABROUSSE (IsTEP, UPMC), mardi 2 avril :

" Fusion partielle de la croûte continentale et métamorphisme de Ultra-Haute Pression : le cas des Calédonides "


- Joerg RENNER (Ruhr Universität Bochum, Allemagne), mardi 26 mars :

" Static and dynamic recrystallization in peridotites : Experimental observations and micro-mechanical modeling"


- Louis RAIMBAULT (ENS Mines, Paris), mardi 19 mars :

" Des principes physiques de la sonde ionique a l’analyse in-situ de traces dans les geomateriaux "


- Eric CALAIS (Laboratoire de Géologie de l’ENS, Paris), mardi 19 février :

" Séismes et déformations intraplaques : le cas du centre-Est des Etats-Unis"


- Martin VALLEE (IPGP), mardi 12 février :

" Observations des mécanismes de la rupture sismique : de l’échelle globale à l’échelle locale (subduction de l’Equateur) "


- Giampiero IAFFALDANO (ANU, Canberra, Australie), mardi 5 février :

" Plate motions simpler than they look "


- Mustapha MEGHRAOUI (Institut de Physique du Globe de Strasbourg, mardi 29 janvier :

" Constraint of the interseismic deformation in the Mw 9.0 Tohoku-oki earthquake area : Insights from paleogeodesy and paleoseismology "


- Oona SCOTTI (Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire), mardi 15 janvier :

" Vers une estimation robuste de l’aléa sismique : une question de données de base et d’agrégation d’opinions d’experts "


2012

- mardi 18 décembre 11h00 : John Armitage, Post-doc IPGP

" Temporal buffering of climate-driven sediment flux cycles by transient catchment response "


- Vendredi 9 Novembre 11h00 : Frantz Maerten, Schlumberger-Montpellier

" Geomechanical regional stress inversion for earthquake studies "

Séminaire exceptionnellement le vendredi


- Mardi 20 Novembre 11h00 : Didier Marquer, Univ. Franche-Comté

" Les zones de cisaillement ductiles : déformation, métamorphisme et circulations de fluides"


- Mardi 27 Novembre 11h00 : Sophie Violette, Univ. Paris-6

" Galapagos Islands : Integrated Water Study (GIIWS). A trans-disciplinary approach to quantify water resources and their impact on natural ecosystems "


- Mardi 23 Octobre 11h00 : Bertrand Maillot, Univ. Cergy-Pontoise

" Déformation interne des prismes frictionnels "


- Samedi 20 0ctobre 14h30 – salle E314

" L’état des découvertes archéologiques en matière de vitraux des XIe-XIIe siècles "


- Mardi 16 Octobre 11h00 : Matthias Delescluse, Laboratoire de Géologie, ENS

" Lithosphère océanique et subduction "


- Mardi 02 Octobre 11h00 : Virginia Toy, University of Otago, New Zealand

" Architecture of a major continental fault zone based on initial results from the Deep Fault Drilling Project : Alpine Fault "


- Harry W. Green, UC-Riverside, professeur invité

" Ultrahigh Pressure Minerals from Both Downwelling and Upwelling Environments : Snapshots of Mantle Convection on a Grand Scale "


- Mardi 22 mai 2012 à 11h00 : Mark Simons, Caltech, Pasadena

" Fault slip inversions and a discussion of the 2011 Mw 9.0 Tohoku-Oki earthquake "


- Mardi 15 mai 2012 à 11h00 : Pr. Ian JACKSON, ANU Camberra

" Laboratory Measurements of Frequency-Dependent Seismic Properties of Cracked and Fluid-Saturated Media "


- Mercredi 2 mai 2012 à 11h00 : Dr. Ben Holtzman, Lamont-Doherty Earth Observatory, University of Columbia

" Transient and multi-scale processes in high temperature rock deformation (or, The virtues and burdens of torsion) "

Séminaire exceptionnellement le mercredi


- Mardi 10 avril 2012 à 11:00 : Neil S. DAVIES, Ghent University

" Deep Time Ecosystem Engineers : The Correlation between Palaeozoic Sedimentation, Vegetation, and Habitats in Riverine Environments "


- Mardi 3 avril 2012 à 11:00 : Harsha Bhat, IPGP

" Developing a micro-mechanics based constitutive model to understand dynamic earthquake fault damage "


- Mardi 27 mars 2012 à 14:00 : Alberto Vitale Brovarone, ISTeP, Paris 6

" Heterogeneity in mountain belts : orogeny vs. paleogeography. Examples and implications from Corsica and New Caledonia "

Ce séminaire aura lieu exceptionnellement à 14h


- Mardi 20 mars 2012 à 11:00 : Alexis Rigo, Observatoire Midi-Pyrénées

" Qu’est-ce que les observations géophysiques pyrénéennes peuvent-elles encore nous apprendre ? "


- Mardi 13 mars 2012 à 11:00 : Jacques PRECIGOUT, ETH Zürich

" Rhéologie du manteau lithosphérique continental : ce que nous indiquent les péridotites de Ronda (Espagne) "


- Mardi 6 mars 2012 à 11:00 : Laetitia LE POURHIET, ISTeP, Université Paris 6

" Impact de l’héritage structural en Méditérranée. Modélisations numériques 2 et 3D "


- Mardi 28 février 2012 à 11:00 : Teruo YAMASHITA, ERI, Université de Tokyo

" Theoretical modeling of slow slip in terms of dilatants strengthening and fluid flow "


- Mardi 21 février 2012 à 11:00 : Soumaya LATOUR, Laboratoire de Géologie de l’ENS, Paris

" Effets de l’hétérogénéités des failles sur la dynamique de la rupture : étude numérique et expérimentale "


- Mardi 17 Janvier 2012 à 11:00 : Nadaya Cubas, Geological and Planetary Sciences (GPS), Caltech, Pasadena USA

" Propriétés frictionnelles du megathrust de la région du séisme de Maule. Apports d’analyses mécaniques de la morphologie et de la modélisation du cycle sismique"


- Mardi 8 Novembre 2011 à 11:00 : Anne Paul, Institut des Sciences de la Terre (ISTerre), Université Joseph Fourier, Grenoble

" Subductions et extension en Egée-Anatolie : apports de l’imagerie sismologique croûte-manteau " Séminaire reporté le mardi 10 janvier 2012


- Mardi 11 Octobre 2011 à 11:00 : Caroline François-Holden, GNS Institute – Wellington, NZ

"Contexte et modèles de source des séismes de Canterbury : Mw 7.1 Darfield 2010 et Mw 6.2 Christchurch 2011 "


- Mardi 5 Juillet 2011 à 11h00 : Alon ZIV, ENS Paris

" Inference of Co-Seismic Slip Via Joint Inversion of GPS and Aftershock Data : The 2004 Parkfield Example "


Séminaire annulé

- Mardi 28 Juin 2011 à 11h00 : Benoît GIBERT, Geosciences Montpellier

" Transferts de chaleur dans la Terre interne : apport de l’étude de la diffusion thermique dans les minéraux et les roches "


- Mardi 7 Juin 2011 à 11:00 : Eric DEBAYLE , ENS Lyon

" Imagerie sismique du manteau terrestre : premiers résultats de l’ANR TOMOGLOB "


- Mardi 24 Mai 2011 à 11h00 : Kristell Le Dortz, ENS Paris

" Analyse morphotectonique et cinématique des décrochements d’Iran central "


-  Vendredi 27 Mai 2011 à 11:00 : Michele Cooke, University of Massachusetts,

" Using fracture patterns to decipher fold evolution in the Spanish Pyrenees and US Rocky Mountains "


- Mardi 31 Mai 2011 à 11h00 : Edouard KAMINSKI, IPG Paris

" Origine et interprétation de l’anisotropie sismique dans le manteau supérieur : le cas des zones de subduction "


-  Mardi 19 Avril 2011 à 11:00 : Lapo BOSCHI, ETH Zurich

" Lithosphère et manteau supérieur Méditerranéen : Tomographie, anisotropie et topographie dynamique "


-  Mardi 12 Avril 2011 à 11:00 : Andrew RATHBUN, LGIT Grenoble

" The spectrum of fault slip rates from creep to stick slip in laboratory friction experiments "


-  Mardi 22 Mars 2011 à 11:00 : Joerg RENNER, Ruhr Universitat Bochum, Allemagne

" Some thoughts of an experimentalist on hydromechanics "


-  Mardi 1 Mars 2011 à 11:00 : Lydie STARON, IJLRDA

" Ecoulements granulaires : du discret au continu "


-  Vendredi 11 Février 2011 à 10h30 : Yehuda BEN-ZION, University of Southern California, Los Angeles

" Dynamic rupture and seismic waves in structures with bi-material interfaces : Theory and observations "


-  Mardi 25 Janvier 2011 à 11:00 : Michel CAMPILLO, LGIT Grenoble

" Variations des propriétés des roches révélées par le bruit sismique ambiant "


-  Mardi 18 Janvier 2011 à 11:00 : Alon ZIV, Ben- Gurion University of the Negev, Israel

Séminaire reporté

" Inference of Co-Seismic Slip Distributions Via a Joint Inversion of GPS and Aftershock Data Sets : The 2004 Parkfield Example "


-  Mardi 4 Janvier 2011 à 11:00 : Marie-Anna AMATO, Université de Naples

" The contribution of plant roots to slope stability : methods and issues "


-  SEMINAIRE REPORTE : Mardi 7 Décembre 2010 à 11:00 : Régis Mourgues, LGRMP

" La modélisation analogique appliquée à la déformation et la fracturation des systèmes en surpression "


-  Mardi 30 Novembre 2010 à 11:00 : Richard ALLEN , Berkeley Seismological Laboratory

" Creation, destruction and modification of the western US "


-  Mardi 23 Novembre 2010 à 11:00 : Raphael GRANDIN, Laboratoire de Géologie, ENS

" Rifting magmatique en Afar Ethiopien depuis 2005 : bilan intermédiaire et perspectives "


-  Mardi 16 Novembre 2010 à 11:00 : Daniel FAULKNER , University of Liverpool, UK

" Cracking rocks around faults : scaling and transport properties "


-  Mardi 9 Novembre 2010 à 11:00 : Olivier GALLAND , PGP Oslo, Norvège

" Mécanismes de mise en place des sills dans les bassins sédimentaires : Approche de terrain, géochimique et expérimentale "


-  Exceptionnellement, Jeudi 4 Novembre 2010 à 14:00 : Toshihiko SHIMAMOTO, Institute of Geology, China Earthquake Administration

" Subduction-zone seismicity and emerging new problems in fault mechanics "


-  Exceptionnellement, Vendredi 22 Octobre 2010 à 14:00 : Philip MEREDITH, University College London

" Time-dependent brittle creep in rocks : bridging the strain-rate gap from laboratory to crustal time scales"


-  Mardi 19 Octobre 2010 à 11h00 : Benoît TAISNE, IPG Paris

" Migration du magma et éruption : analyse des données d’observatoires et modèles dynamiques "


-  Mardi 5 Octobre 2010 à 11h00 : Angèle RICOLLEAU, IPG Paris

" Partage de l’oxygène et du silicium entre métal et silicate fondus : conséquences sur les éléments légers dans le noyau terrestre "


-  Mardi 15 Juin 2010 à 11h00 : Vincent LANGLOIS, Université LYON I

" Transport sédimentaire par charriage dans l’eau "


-  Mardi 1er Juin 2010 à 11h00 : Sergio LLANA-FUNEZ, Universidad de Oviedo

" Deformation-metamorphism interactions : experiments with Volterra gypsum "


-  Mardi 18 Mai 2010 à 11h00 : Erik Hans SAENGER, ETH Zurich

" Applied Computational Rock Physics "


-  Mardi 11 Mai 2010 à 11h00 : Mai-Linh DOAN, LGIT, Université Joseph Fourier, Grenoble

" Endommagement dynamique de roches par des séismes "


-  Mardi 20 Avril 2010 à 11h00 : Mike HEAP, Ludwig Maximilians Universität München

" Predicting failure in magmas : experiments and high-resolution neutron computed tomography "


-  Mardi 13 Avril 2010 à 11h00 : Jean CHERY, Géosciences Montpellier

" La dynamique des eaux souterraines en milieu karstique vue par la géodésie et la gravimétrie "


- Mardi 16 Mars 2010 à 11h00 : Hans DE BRESSER, Experimental Rock deformation HPT Laboratory/ Utrecht University

" Combining grain size sensitive and grain size insensitive creep mechanisms in a composite flow law : approach and application to rock materials and ice "


- Mardi 23 février 2010 à 11h00 : Michael LE BARS, IRPHE

" Écoulements induits par les marées gravitationnelles dans les noyaux planétaires"


-  Mardi 16 février 2010 à 11h00 : Clément NARTEAU, IPGP

" Propriétés statistiques des tremblements de terre et état de contrainte le long des zones de failles actives "


-  Mardi 9 février 2010 à 11h00 : Robert HILTON, Durham University, UK

" Physical erosion and the organic carbon cycle "


-  Mardi 2 février 2010 à 11h00 : Alexander DENSMORE, Durham University, UK

" Active faulting at the eastern margin of the Tibetan Plateau and the great Wenchuan earthquake "


-  Mardi 26 janvier 2010 à 11h00 : Dirk BECKER, Institute of Geophysics, University of Hamburg

" Seismicity of the Hellenic subduction zone in the area of Crete recorded by local networks and its geodynamic interpretation "


-  Mardi 19 janvier 2010 à 11h00 : Pierre BARRE, ENS-Géosciences/Géologie

" Quantifier et isoler le carbone stable des sols à l’aide de jachères nues de longue durée "


-  Mardi 12 janvier 2010 à 11h00 : Arnaud TOURIN, LOA, ESPCI

" Focaliser sur une source, créer une source ou imager sans source : le retournement temporel appliqué à la géophysique "


- Exceptionnellement, Lundi 30 Novembre 2009 à 14h00 : Tom MITCHELL, Bochum University, Allemagne

" Variations in Fault Structure, Damage Distribution and Textural Characteristics surrounding Strike-Slip Fault zones "


-  Mardi 17 Novembre 2009 à 11h00 : Patrick MEUNIER, Laboratoire de Géologie, ENS

" Erosion associée aux grands séismes "


- Exceptionnellement, Lundi 23 Novembre 2009 à 14h00 : Niels HOVIUS, University of Cambridge, UK

" Erosion and weathering in an active mountain belt and their role in the carbon cycle "


-  Mardi 27 Octobre 2009 à 11h00 : Thibaut PUTELAT, University of Cambridge

" Torpeur et tremblements "


- Exceptionnellement, Jeudi 22 Octobre 2009, 332, 3ème étage, à 14h30 : Chris WILSON, University of Melbourne, Australia

" Modelling of porphyroclasts and the role of stress at grain boundaries "


-  Mardi 13 Octobre 2009 à 11h00 : Sylvie DEMOUCHY, Géosciences Montpellier

" Diffusion et déformation dans le manteau terrestre : deux études expérimentales sur l’olivine en utilisant la presse de Paterson "


- Exceptionnellement, Lundi 12 Octobre 2009, 316, 3eme étage, à 14h30 : Masao NAKATANI, Earthquake Research Institute, University of Tokyo

" An attempt to construct a constitutive model for brittle-ductile transion based on friction experiments on halite gouge "


-  Mardi 6 Octobre 2009 à 11h00 : Nadège HILAIRET, University of Chicago GSE-CARS

" Déformation à Haute Pression - Haute Température avec mesures in-situ et dynamique des zones de subduction "


-  Mardi 29 Septembre 2009 à 11h30 : Sophie PEYRAT, IPG Paris

" Etude de la crise sismique de Tocopilla (Mw 7.7) de 2007 au Nord du Chili, région identifiée comme lacune sismique "


-  Mardi 8 Septembre 2009 à 11h30 : Eric LAROSE, LGIT Grenoble

" Imagerie et monitoring : expériences en acoustique et en sismologie "


-  Mardi 7 Juillet 2009 à 11h30 : Jean-Paul Ampuero, Caltech

" Glissement lent et tremor non-volcanique : reponses d’une faille heterogene sous chargement periodique "


-  Exceptionellement, le vendredi 26 Juin 2009 à 11h30 : Ralph Archuletta, Universite de Santa Barbara, USA.

" Large Amplitude Earthquake Ground Motion : Where Does It Come From ? "


-  Mardi 30 Juin 2009 à 11h30 : Céline Martin, CRPG Nancy

" Mobilisation des REE et de l’Hf par les fluides lors du métamorphisme HP-BT. Influence sur les datations Sm-Nd et Lu-Hf "


-  Mardi 23 Juin 2009 à 11h30 : Olivier Fabbri, Université de Besancon

" Apports de l’analyse structurale des failles à pseudotachylytes à la compréhension des mécanismes de rupture sismique dans la croûte continentale "


-  Mardi 16 Juin 2009 à 11h30 : Maria Lancieri, ENS

" Une méthode temps réel, probabiliste et évolutionnaire pour l’alerte précoce des tremblements de terre (early warning) "


-  Mardi 2 Juin 2009 à 11h30 : Alexandre Dimanov, LMS, Ecole Polytechnique

" Résistance de la croûte inférieure du point de vue de la rhéologie expérimentale "


-  Mardi 19 Mai 2009 à 11h30 : Mark Wiezcorek, IPG Paris

" The interior structure of the Moon : What does geophysics have to say ?"


-  Exceptionellement, le Mercredi 6 Mai 2009 à 14h : Maxim Lebedev, Curtin University, Pearth, Australie

" Seismic response of partially saturated reservoir rocks : simultaneous ultrasonics experiments and X-ray CT observations ”


-  Mardi 5 Mai 2009 à 11h30 : Philippe Claudin, ESPCI

" Qu’est-ce qui détermine la taille des dunes ? Mécanismes et lois d’échelle "


-  Mardi 14 Avril 2009 à 11h30 : Simon Cox, GNS Dunedin, Nouvelle Zelande

" The Alpine Fault plate boundary and tectonics of the Southern Alps, New Zealand "


-  Mardi 7 Avril 2009 à 11h30 : Luis Rivera, Ecole et Observatoire des Sciences de la Terre de Strasbourg

" Inversion de la source de grands séismes à partir des données des phases-W : une voie prometteuse pour l’alerte sismique précoce aux tsunamis "


-  Mardi 24 Mars 2009 à 11h30 : Yasuko Takei, Earthquake Research Institute, Univ. of Tokyo

" Elastic and viscous constitutive relations of solid-liquid composites and its observational and dynamical applications "


-  Mardi 10 Mars 2009 à 11h30 ANNULE : Ginette Saracco, CEREGE Aix en Provence

" Tomographie multi-échelle, ondelettes, et probleme inverse en théorie du potentiel : Application aux systemes hydrothermaux de volcans actifs ou structures magnétiques enfouies, en archéologie "


-  Mardi 10 Février 2009 à 11h30 : Giovanni Occhipinti, IPG Paris

" Tsunami detection ? A pinch of gravity with a good plasma sauce !!"


-  Mardi 27 Janvier 2009 à 11h30 : Laurent Husson, Géosciences Rennes

" Les montagnes : des freins à la tectonique des plaques "


-  Mardi 13 Janvier 2009 à 11h30 : Anne Mangeney, IPG Paris

" Modélisation des effondrements gravitaires sur Terre et sur Mars "


-  Mardi 2 Décembre 2008 à 11h30 : Philippe Yamato, Géosciences Rennes

" Dynamique des zones de convergence : Des données de terrain à la modélisation numérique "


-  Mardi 25 Novembre 2008 à 11h30 : Stathis Stiros, Université de Patras, Grèce

" Vertical Holocene coastal changes in Greece and some other parts of the Mediterranean. Modelling and tectonic implications "


-  Mardi 18 Novembre 2008 à 11h30 : Nuno Simao, ENS

" Surveillance hydroacoustique, localisation et étude de le séismicité de la dorsale médio – Atlantique "


-  Mardi 28 Octobre 2008 à 11h30 : Stefan Nielsen, INGV Roma

" Dynamique de la rupture sur des mini-failles de laboratoire "


-  Mardi 21 Octobre 2008 à 11h30 : Rodolphe Cattin , Géosciences Montpellier

" Dynamique orogénique sur la montagne Ste Geneviève "


-  Mardi 8 juillet 2008 à 11h30 : Julia DE SIGOYER , ENS

" Les Longmem Shan (Sichuan-Chine) : état actuel des connaissances "


-  Mardi 1 juillet 2008 à 11h30 : Serge LALLEMAND , Géosciences Montpellier

" Paradoxes de la subduction : quelques explications "


-  Mercredi 25 juin 2008 à 11h30 : Caroline HOLDEN, GNS Institute – Wellington

" Contexte et étude du séisme de Gisborne (20/12/07 Mw 6.6), séisme le plus dévastateur en Nouvelle Zélande depuis 20 ans "


- Mardi 17 juin 2008 à 11h30 : Guillaume FIQUET, IMPMC, Paris VI

" Composition, structure et anisotropie de la graine "


- Mardi 3 juin 2008 à 11h30 : Eric PILI, CEA DAM

" Propriété de transfert des milieux poreux fracturés soumis à des sollicitations externes : Apports du Laboratoire Naturel de Roselend "


- Mardi 6 mai 2008 à 15h00 : Claire BOULIGAND, USGS, Menlo Park

" Cartographie de la profondeur de l’isotherme de Curie à l’aide de compilations aéromagnétiques dans l’Ouest des Etats-Unis "


- Mardi 8 avril 2008 à 11h30 : Philippe AGARD, Université Paris 6

" Du Zagros à l’Oman : évolution géodynamique, processus de subduction et couplage long-terme entre les plaques "


- Mardi 25 mars 2008 à 11h30 : Andreas RIETBROCK, Université de Liverpool

" Dehydration processes in the subducting slab : A seismological perspective "


- Mardi 11 mars 2008 à 11h30 : Carole PETIT , Laboratoire de Géologie Structurale, Paris 6

" Reliefs, structures profondes et résistance de la lithosphère dans la région Mongolie - Baïkal "


- Mardi 19 février 2008 à 11h30 : Philippa WHITEHOUSE , Post-doc du laboratoire de Géologie de l’Ens Paris

" Glacial isostatic adjustment : deciphering past and present signals of the last glacial cycle "


- Mardi 5 février 2008 à 11h30 : Sophie LAMBOTTE , Post-doc du laboratoire de Géologie de l’Ens Paris

" Oscillations libres : apport sur la source des grands séismes et effets locaux "


- Mardi 29 janvier 2008 à 11h30 : Luigi BURLINI , ETH-Zurich, Suisse

" Calcite deformation in torsion"


- Mercredi 16 janvier 2008 à 11h30 : Jean-Pierre POZZI , Laboratoire de Géologie de l’ENS

" Equilibre Magnétite-Pyrrhotite : vers un géothermomètre basse température "

Voir en ligne : Accès au laboratoire